Fiche de présentation

imprimer la fiche

FREUNDLICH, Otto

né le 10 juillet 1878 à Stop, Poméranie (alors allemande, aujourd'hui Stupks, polonaise) ; 1903, étudie l'histoire de l'art à Berlin et à Munich ; 1905, commence à peindre ; 1907, École d'art de Lotkar von Kunowski à Berlin ; 1909-1914, séjourne à Paris au Bateau-Lavoir*, commence à sculpter ; mobilisé de 1914 à 1918 dans le service de santé de l'armée allemande ; 1924, revient à Paris et s'installe à Pontoise ; 1930, vit avec Jeanne Kosnick-Kloss*; 1930, adhère à Cercle et Carré*, puis, en 1931, à Abstraction-Création*; 1937, en Allemagne, une de ses sculptures défigurée par la photo, figure sur la couverture du catalogue de l'" art dégénéré "* et son oeuvre est détruite ; 1939, interné par la France comme sujet ennemi ; naturalisation refusée ; 1940, libéré, il séjourne dans le Midi ; 1943, dénoncé, arrêté le 23 février  déporté ;  assassiné le 9 mars au camp de Lublin-Maidanek, en Pologne.

Type(s) : Artiste

Technique(s) : Peintre - Sculpteur

Présentation : Il reste peu de la période antérieure à 1937, puisque les oeuvres ont été détruites par les nazis, qu'elles fussent figuratives ou non. On garde l'image de Grande tête, (1912), pans coupés et volumes géométriques,  qui déformée sert de couverture, à l'exposition de l'art dégénéré*. On sait que de 1919 date sa première oeuvre non-figurative*.Composition, 1919, avec ses dégradés, ses courbes et ses couleurs vives, qui se situe entre le futurisme* et le Blaue Reiter*, mais il va bientôt rejoindre le constructivisme*. Une autre Tête, (1925) inspirée de l'art nègre est découverte en 2010  Berlin
C'est  en 1905 qu'il commence à peindre (et à sculpter), et c'est en 1911 qu'il produit sa première oeuvre non-figurative*. ' De 1930 à 1935, ses diverses Composition, sont caractérisées par une grande austérité de formes - des géométries quadrangulaires d'une dizaine de centimètres de côté - et de construction, puisque ces géométries sont regroupées en grandes bandes statiques de couleurs sourdes, limitées et, tout à la fois, multipliées par l'usage du camaïeu. La sensibilité se fait plus perceptible dans Diptyque, (1937) et Composition, (1939); il anime ses toiles de la multiplication des courbes et des géométries en quart d'ovale, ces ogives, en somme, qu'il voyait en restaurant, au début de 1914, les vitraux de Chartres, et les teintes se font moins sourdes. La Rosace II, (1942) est saisie d'un mouvement centripète qui serait à la non-figuration* ce que Severini* fut à la figuration géométrisée des années 10. De sa dernière année, deux oeuvres inachevées opposent, dans une construction dynamique, des quarts d'ovales noirs à des géométries carrées et vives ou, réciproquement, des quarts d'ovales colorés s'opposant à des géométries sombres et statiques, portant la démonstration que sa cadence éparpillée est rigoureusement contrôlée. Le sculpteur entasse des formes lithiques qui, réunies suggèrent un serpent dressé, une stèle funéraire ou un casque de guerrier, Composition, (1933).

Expositions : 1911, Nouvelle Sécession*, Berlin ; 1938, Jeanne Bucher, Paris, (P) ; 2007, gal. de France, Paris, (P).

Musées : musée de Pontoise, où figurent toutes les peintures citées.