Fiche de présentation

imprimer la fiche

TOULOUSE, Roger

né le 19 février 1918 à Orléans, Loiret, France; Beaux-Arts d'Orléans; 1937, il est découvert par Max Jacob* et Gertrude Stein achète toute sa production; 1948, revient définitivement à Orléans; 1994, meurt le 11 septembre à Orléans; 2007, son atelier est dispersé par Me Millon à Paris

Type(s) : Artiste

Technique(s) : Peintre - Sculpteur

Présentation : Les formes qu'il peint sont comme découpées dans du fer-blnc, ou minéralisées, ajustées entre elles, ton à côté de ton, sur fond uni, Le Port ,(1937), et l'ensemble marqué par les visages et les objets éclatés donne, à première vue, une impression d'abstraction* ou un parfum surréaliste* qui rappelle certaines compositions d'Ernst*, Préfiguration 1, (1979, ibid.), ou  Préfiguration 2, (1939, MBAOr) ou une certaine filiation avec le cubisme*, Le Poisson au harpon, (1961), dressés l'un contre l'autre. Il use aussi de camaïeu de gris our des paysages légèrement fantastiques dans un graphisme modérément cubiste*, La Bretagne, (1969, ibid.). Ensuite, il reste fidèle à ces découpages mécanomorphes, sous lesquels on devine l'origine - masque, flèche indicatrice, hache de licteur -articulés dans une figure globale, indépendante, qui s'étire en chaîne ou s'érige en monument. En 1990, il arrive à la non-figuration* presque totale, L'Heure et la plante, (1990, ibid.) ou, en collage, Regard sur l'infini, (1992, ibid.), les formes comme des papiers découpés de kaléidoscope, s'étalant sur le fond, généralement, uni, parfois enfumés, avec des figurations qui ne respectent aucune relation dans l'échelle des grandeurs, L'ouverture du port, (1992). Le sculpteur ajuste ces mêmes formes, découpées cette fois dans du métal bien réel, Personnage debout, (1972, ibid.) ou Construction, (1990). Comme une parenthèse, des oeuvres expressionnistes hallucinées, Le Pêcheur, (1955) ou Le Cheval mort, (1955) ou Portrait d'homme, (1958) dont le visage aux yeux ardents, est fait de bandes gris-bleus. Il est aussi illustrateur, céramiste et verrier.

Expositions : 1938, gaal. de Beaune, Paris (P); 1968, Falazik, Neuenkirchen (P); 1996, Francis Barlier, Paris (P).

R├ętrospective : 1969, Centre artistique, Rochechouart; 1981, musée d'Agen; 1995, musée d'Orléans.