Fiche de présentation

imprimer la fiche

MERZ, Mario

né le 1er janvier 1925 à Milan, Lombardie, Italie ; études de médecine ; 1945, incarcéré par les fascistes à Turin;  membre du parti communiste ; épouse Marisa Merz*; 1967, fait partie des artistes Arte Povera*; vit à Turin ; 2003,  Praemium Imperiale du Japon ; meurt le 9 novembre à Turin.

Type(s) : Artiste

Technique(s) : Peintre - Sculpteur

Présentation : Il détruit l'essentiel de ses peintres de 1954 à 1960, d'une abstraction* expressionniste tout en tournoiements, sur des toiles sans support, traitées à l'aérosol dans des dimensions gigantesques et sur des matériaux modestes, jute, papier, ou également d'une figuration expressionniste*, La Lampe, (1957). À compter de 1960, il se retrouve surtout sculpteur, adepte de l'arte povera. Ses installations* mêlent des objets banals à des tubes de néon. L'ordinaire et le lumineux associés. Il tresse des objets volumineux en osier, en 1967;il pose un néon dans un baquet de cire, My Home Wind, (1978, EAC) ou des toiles sur bambous, frustement peintes d'animaux sauvages, Les maisons tournent autour de nous ou nous tournons autour des maisons, (1979, SMAK). Préfiguration de ce qu' à compter de 1968, il choisit pour emblème, l'igloo - un archétype, dit-il -, qui établit par ses dimensions la relation au corps. Il n'est pas indifférent que le premier de ceux-ci soit l'Igloo de Giap, (1968) et sa réplique Igloo de Giap, (982, MNAM), en sacs de terre avec cette citation circulaire, de l'éponyme, inscrite en néon : "Si l'ennemi masse ses forces, il perd du terrain, s'il les éparpille, il perd de sa force." On a Igloo, (1986-1987, CDA) en feuilles de plomb, fait de sacs de terre sur armature métallique; Cire et gomme (1968, FNAC) varie quelque peu en doublant la forme qui devient diabolo. Hommage à Arcimboldo, (1987, MNAM) reprend le même principe de construction agrémenté d'un jeu de chiffres en néons. Triplo Igloo, (1984, MACM) et Unreal City, (1989, SGB) emboîtent en transparence, des igloos de matière différente. En 1969, il crée des néons numériques suivant la règle du mathématicien du XIIe siècle, Fibonacci, selon lequel chaque terme est égal à la somme des deux précédents et ainsi de 1 à 1597, Fibonacci, (1971, MAMStE. En 1970, il introduit le thème de la table qui est comme l'antidote social de l'igloo, Chambre d'amis, (1986, SMAK), longue table sinueuse, alternant le verre et le schiste et se faufilant au travers des portes ouvertes. Celui du lit aussi, Leçon d'anatomie, (1979, BOM), silhouette sur matelas à la trachée-néon, Che fare, (1968, MNAM), montage photographique et le titre en pâte à modeler. 1975, retour à la peinture des plus vieux animaux du monde : Lézard, (1978). Un instant au dessus du vent, (1980, Frac, Nord-Pas de Calais), toile flottante, portant sur un dessin d'hybride, un bois de cerf sortant de l'oeil, (1981) ; Crocodile persécuté, ou Niger Crocodile, (1989, SGB), sculpté.

Expositions : 1954, La Bussola, Turin, (P) ; 1967, Arte povera, Gênes, (G) ; 1968, Biennale de Venise;  1969, Sonnabend, Paris, (P) ; 1978, 1990, Durand-Dessert, Paris, (P).

R├ętrospective : 1989, Guggenheim, New York.