Fiche de présentation

imprimer la fiche

LOPEZ-GARCIA, Antonio

né le janvier 1936 à Tomelloso, Ciudad Real, Espagne ; 1950-1955, Beaux-Arts San Fernando, Madrid ; 1961, épouse Maria Moreno*; 1964-1969, enseigne à San Fernando ; 1993, élu membre de l'Académie royale des Beaux-Arts ; vit à Madrid.

Type(s) : Artiste

Technique(s) : Peintre - Sculpteur

Présentation : La retenue et l'austérité s'expriment dans les portraits, souvent doubles, où chacun jouit de son espace psychologique singulier. L'intimité bourgeoise de ces portraits ou des natures mortes est traitée à la manière du XIXe, qu'il s'agisse de bas-relief en plâtre, Femme endormie, (1960), ou de buste en bronze, Mari, (1961). On n'est pas loin du symbolisme dans cette matité bariolée et dans l'abondance des touches. Les Buffet et Étagère révèlent un monde aisé plus qu'opulent, une classe moyenne qui aime à montrer des objets familiers considérés comme précieux. Photographie et cinéma informent son oeil : superposition, fondu enchaîné, grand angle, pesanteur du film expressionniste*, acuité et précision du regard médiatisé par l'objectif On mène le spectateur dans des intérieurs délabrés, sordides, triviaux, déserts, banals, traités en grisaille d'une grande précision dans la réalité, ou on le mène regarder un coin d'intérieur serein, Vase de fleurs, (1965). Ses paysages de la banlieue industrielle madrilène sont panoramiques, n'occupant que le bas de la toile vouée au ciel, Madrid-Sud (1965-1985) (ces dates indiquent la lenteur de son travail). Les dessins sont fouaillés jusqu'à la torture ou, s'il s'agit de nus masculin frontaux, grandeur nature, fidèles au modelé de l'académie, focalisant le regard sur le sexe pour alléger le trait jusqu'à le laisser évanescent dans l'inachèvement, Francisco, (1985) ou Enrique, (1986). Reprenant la sculpture, il paraphrase Segal* avec Homme et Femme, (1968-1994), grandeur nature, nus, frontaux, en bois, affectant la pierre, dotés d'yeux de porcelaine et il retrouve le lissé de la forme antique grandeur nature, Homme en pied, (1999). Il poursuit ses planches de dessins académiques jusqu'en 1992.

Expositions : 1951, Casino Libéral, Tomosello, (P) ; 1965, Staempfli, New York, (P) ; 1972, Claude Bernard, Paris, (P) ; 1995, Biennale de Venise.

R├ętrospective : 1985, Musée royaux des beaux-arts de Belgique, Bruxelles.