Fiche de présentation

imprimer la fiche

CRUZ-DIEZ, Carlos

né le 17 août 1923 à Caracas, Venezuela ; 1940-1945, Beaux-arts de Caracas ; 1953-1955, enseigne l'histoire des arts appliqués aux Beaux-Arts de Caracas ; 1955-1956, vit à Barcelone ; 1957, crée le centre d'études des arts optiques ; 1958-1960, directeur adjoint des Beaux-Arts de Caracas ; 1959-1960, enseigne la typographie à l'université centrale du Venezuela ; 1960, s'installe à Paris ; 1972-1973, enseigne aux Beaux-Arts de Paris ; 1986-1993, à l'Institut international d'études avancées, Caracas.

Type(s) : Artiste

Technique(s) : Peintre - Plasticien

Présentation : Comme Agam*, il se voue à l'art optique*. Celui-là, au début des années 1950, celui-ci à leur fin. Si le principe est le même - le changement par la mobilité du spectateur -, la réalisation diffère. Des lamelles identiques, peintes, fixées à égale distance sur le support, lui même peint en lignes verticales formant quadrangles, permettent par leurs couleurs additives, soustractives ou reflétantes, une modification de la vision, l'impression de relief, au sein même de la vibration optique, une progression, plus fondue que chez son confrère; ce sont des Physchromies base de son travail et qui vont de 1962 à 2007. De là ses variations se multiplient.  Depuis 1964, il intervient sur l'espace, en le colorant abstraction faite de la forme, c'est ce qu'il titre Chromosaturation ; l'intérieur est inondé d'une lumière autre que blanche venue de néons, (Fondation Corp Group, Caracas, 2001), à l'extérieur, des habitacles ont pour paroi des feuilles de plexiglas coloré, Sation Odeon, (1969).  Environnement chromointerférent, (1973), vidéo de raies verticales multicolores, en perpétuel mouvement, qui fondent en elles gens ou choses ; l'art optique devient cinétique puisque la modification vient de la création et non des déplacements des créatures. Transchromie, (1963), 4 rangs suspendus de plexiglas multicolores et transparents que l'on peut traverser ; Chromosaturation, (1965), éclairage, par plafonniers de néons, bleu, rouge, vert, de trois salles successives , qui dégagent une sorte de bien-être. Il complexifie son travail de base en faisant se mouvoir devant lui une plaque transparente mais lignée, Chromointerférence, (1966, 2007), en faisant tournoyer des disques lignés en arrière d'un plexiglas ligné, (1973). Il agit comme un magicien qui transforme. Un tourniquet de bandes de plexiglas colorées, Transchromie, (2010). Ses débuts, ceux de la recherche, il pose des billes de couleurs sur fond blanc, (1954) ou des croix rappelant le constructivisme* sur fonds perle, (1954) ; un jeté de petits carrés dans l'esprit de l'art décoratif viennois, Formes dans l'espace, (1957). Puis sur une surface traditionnelle, il multiplient les triangles bicolores, interrompus pour s'affronter à des distances différentes de leur sommet, Construction en Cadena, (1957), c'est le véritable début de son exploration cinétique qu'à compter de 1995, il prolonge avec ordinateur, Physiochromie,1391, (2004).
Ses très grands formats sont fabriqués par 15 collaborateurs, au Panama ;  à  Paris, il en emploie, 20.
De 1943 à1975, il phoyographie et noir et blanc, Galipan, Vargas, (1950).

Expositions : 1947, Institut vénézuelo-américain, Caracas ; 1955, Musée des Beaux-arts, Caracas, (P) ; 1956, Bucholz, Madrid, (P) ; 1966, Kerchache, Paris, (P) ; 1969, 2010, Denise René, Paris, (P) ; 1970, Biennale de Venise ; 2007, 2015, Maison de l'Amérique latine, Paris, (P).

Rétrospective : 1998, Musée, Gelsenkirchen, Allemagne. 1996, Musée Jesus Soto, Bolivar, Venezuela ; 2011, Musée de Houston.

Musées : Musée de l'estampe et du dessin Carlos Cruz-Diez, Caracas. Fondaton Cruz-Diez, HoustonL

Lieux publics : Nombreuses interventions dans l'architecture, au Venezuela, en Amérique latine, en Europe ; 1980, gare, Saint Quentin-en-Yvelines. 1989, Cannebière, Marseille.