Fiche de présentation

imprimer la fiche

KORCZOWSKI, Bogdan

né en 1954 à Cracovie, Pologne ; 1973-1978, diplômé des Beaux-Arts de Cracovie ; 1981, s'installe à Paris ; 1980-1985, diplômé des Beaux-Arts de Paris ; 1986-1995, voyage aux États-Unis ; vit à Paris ; 2015, son atelier est dispersé par Mmes Goxe et Belaische à Enghien.

Type(s) : Artiste

Technique(s) : Peintre

Présentation : Dans le tragique de l'expressionnisme*, il introduit la symétrie. Ses icônes sont peintes pour le seul goût de la peinture. Les formes, les objets, les écritures ne sont que prétextes. Sur fond de buisson ardent, le feu prend, gris encore et fuligineux déjà, la flamme n'éclate pas encore.. Des pyramides avec ou sans degrés, des ogives, des graphies oubliées, des carrés ou encore d'autres géométries signifiantes celles-là : l'œil de Dieu dans un triangle, la croix du Christ écrasée par une étoile rouge, une entrée de tunnel qui pénètre dans un plan d'huiles foliacées, ou le monde en fusion, sphères en flammes, rideaux de feu. Tout naturellement, il est amené à traiter de l'enfer, en rouges, orangés et bleus, les flammes, encore, montent enserrant les âmes mandorles pour les chrétiens, croissants pour les musulmans. Ou de la Pentecôte avec ses langues de feu, toujours. Ou de la roseraie maléfique, variant bleus et violets en formes retombantes avant de se faner. A cheval sur les millénaires, les formes florales sombres, dominent, dressées comme des grilles de fer forgé. Ces lectures du second degré, sont le fruit d'une connaissance des Écritures,  Collage 1, (2011) ou Galilée, (1993). D'autres, Orbium, (2010, 2013), sont de non-figuration intégrale.
Il organise des polyptyques par rapprochement de tableautins - seize parfois - qui seraient gaillards si un vernis profond ne venait fondre les petits collages de photos érotiques dans le même espace que des formes peintes en écho. L'efflorescence demeure, qu'elle soit celle du feu qui s'élance ou celle des végétaux en pleine déhiscence, dans les mêmes tons pourpres, jaunes, marron. Il peint sur cartons et investit des lieux les tapissant et remplaçant un panneau par un autre quand l'un est acquis ; c'est ce qu'il appelle sa Cartonthèque, (2005, 2010). Sur toile, un jeté d'anneaux sur fond uni parsemé de pellicules invite à l'alliance, Orbium Coelsetium, (2010).

Expositions : 1974, Performance à Nova Ruda, (P) ; 1976, Centre d'art contemporain, Klodzko, (P) ; 1981, 1988, institut Polonais, Paris, (P) ; 1986, Polish museum, Chicago, (P) ; 1998, 204, Nicole Ferry, Paris, (P) ; 2011, Musée Paul Delouvrier, Evry, (P).