Fiche de présentation

imprimer la fiche

ARDOUVIN, Pierre

né en 1955 à Crest, Puy-de-Dôme, France; vit à Paris.

Type(s) : Artiste

Technique(s) : Installationniste

Présentation : Il manie l'ironie en montrant des goutte-à-goutte à côté d'un lit d'hôpital qui s'écoulent dans de bassins de plastique ou un envoi d'air par propulseur violent sur une photographie des sommets alpins, (1998). A la veille de la réouverture du musée d'art moderne de la ville, à Paris, il suspend du linge à sécher entre les colonnes du parvis, (2005) qui évoque l'usage des quartiers populaires ou le travail des nettoyeuses avant inauguration. Il écrit le mot Amnésie, en fleurs artificielles qui évoquent les balcons fleuris ou les couronnes mortuaires. Il pose un haut-parleur sur l'orifice d'un nichoir. Un demi cercle de plexigass et un tube de néon, et c'est le soleil, levant ou couchant, comme on le décide. Il peint des aquarelles, une vanité sur une motte de terre ou un bras jouant à créer l'ombre chinoise d'un âne. Il célèbre un monde dont les banquises fondent, avec des lignes de lumières clignotantes en forme de sommets, avec un bonhomme de neige en céramique blanche, avec une photo de chien perdu dans les flocons, et avec, une miniaturisation électronique de l'orgue de barbarie qui joue L'Internationale. (2007). L'humour se fait amer avec  La fin du monde, (2008), guirlandes d'ampoules et de lierre, mais posés sur des planches qui empêchent tout futur, ou Soupe de Têtes de fantômes, (2009), vanités découpées dans du polystyrène et porteuses de vêtements dans leurs orifices. Il installe les Quatre saisons, (2009), quatre canapés défraichis aux couleurs adéquates tournent sur un plateau de manège avec la musique de Vivaldi. Il complète le propos par quatre photographies qu'il macule ; ce sont ses "Tableaux", montage infographique* de cartes postale sur lesquelles il déversent une  trainée de paillettes prise dans une trainée de vernis ; cela évoque la pluie, mais il annonce des poux. L'humidité suinte, sur les murs, au plafond, par des gouttes de veernis. Des poux (?), biomorphes en verre soufflé noir, se présentent dans un porte-journaux en fer ouvré à la catalane, (2012)

Expositions : 1991, Agnès B, Paris ,(G); 1996, Zoo, Nantes, (P) ; 1997, Monumental, Lisbonne (G) ; 1998, 2012, Chez Valentin, Paris, (P).