Fiche de présentation

imprimer la fiche

HECQ, Émile

né le 19 février 1924 à Anderlues, Wallonie, Belgique ; 1944-1947, Beaux-Arts de Mons  ; 1947-1975, vit à Paris; 1975, s'installe dans le Pas-de-Calais et à l'île de Ré.

Type(s) : Artiste

Présentation : Il accompagne Cobra* depuis 1948 et ne s'en sépare jamais vraiment bien qu'il n'y ait jamais adhéré. Il peint des monstres parents de ceux d'Ensor* ou de Jorn*, dans des tonalités rouges ou bleu vif. Il leur incorpore des objets triviaux comme des capsules de bouteille ou ce bras de poupée en Celluloïd qui sert de langue sortant d'une bouche grande ouverte. Simultanément, il procède des constructions plus sereines et non-figuratives* dont la pâleur laiteuse ou bleu pastel provient de la blancheur des monticules de plâtre déposés sur la toile, dans lesquels s'insèrent les petits objets dérisoires. Sa manière à lui de payer un tribut au pop*. Au milieu des années 50, on note qu'il a regardé Picasso* comme tant d'autres mais avec peut-être plus de mimétisme. Des gouaches de cette époque tracent des visages d'un seul trait noir épais qu'il frappe ensuite des couleurs les plus violentes. Des bouquets de fleurs plus chargés et plus détaillés et surtout des paysages globalisants, évitant les bords du tableau, limités par ce qui pourrait être les anciens remparts du village, dans lesquels les lieux les plus significatifs sont évoqués. En 1967 et 1968, ses natures mortes aux dominantes jaunes et oranges mêlent sur le même plan citrouilles et potirons cernés d'un jet mince sorti directement du tube pressé. En 1990, il revient au noir et blanc abandonné en 1960. Explosion de fleurs,de loups et de cornets, disposés en bouquets pour un carnaval funèbre. Il peint debout sur la toile posée à même le sol.

Expositions : 1948, Sagittaire, Mons ; 1953, Greuze, Paris ; 1991, 1992, Claudine Lustman, Paris.

Rétrospective : 1959, Greuze, Paris ; 1979, Balcon des arts, Paris ; 1985, Musée de Mons; 1989, Atelier Lord, Paris ; 1991, Claudine Lustman, Paris ; 1993, gal. 26, Paris.