Fiche de présentation

imprimer la fiche

SETORDJI, Kofi

né le 15 février 1957 à Acca, Ghana ; 1981, diplômé en art commercial ; 1980-1991, graphiste ; 1984-1988, étudie avec le sculpteur Saka-Acquaye ; 1985, découre l'oeuvre de Richard Hunt*; 1991, se consacre à une carrière artistique.

Type(s) : Artiste

Technique(s) : Installationniste - Peintre - Sculpteur

Présentation : Il taille surtout le bois, mais aussi la pierre ; il assemble également des objets de récupération, empruntant à la nature comme aux artefacts des Puces. Il moule la terre. Pour ses pièces de bois, il se sert d'une meuleuse électrique et d'un chalumeau. Il est marqué par les massacres, de la guerre de 1939-1945 où fut envoyé son père aux désastres africains récents, voire au drame du Kosovo. Son style est multiforme, Le triptyque de totems, l'âme, l'esprit, le corps (2000), s'inspire de la tradition africaine, hauts totems stylisés emmaillotés de corde. Son grand oeuvre est son installation de 288 pièces, Génocide, (1997), au centre d'un tapis de sable émergent des visages de morts sur lesquels plane un vautour; tout autour, sculptures, cercueils de fortune avec cadavres de bois; peinture et branchages recréent l'atmosphère des tueries, des fosses communes et des charniers; non seulement les victimes, mais aussi les tortionnaires, les juges, indifférents, sont présents. Il lui arrive de quitter le domaine dramatique et d'entrer dans celui de l'humour, avec Les Champions, (2000), onze têtes de l'équipe de France, fichées su des pieux, ou Qualité de l'air aujourd'hui, (2000), tête de bois nantie d'un masque à gaz. Il témoigne de sa connaissance de l'art européen, des épures de Modigliani* à la stylisation de l'Art déco*. Sa peinture à l'acrylique est celle de la tradition sculpturale africaine trempée par son passage dans Picasso*.

Expositions : 1982, British Council, Accra (P) ; 1994, ambassade du Ghana, Washington ; 1994 (G); 1996, Danny Keller, Munich (P) ; 1997, EDJ, Paris (G) ; 2000, Porte 2a, Bordeaux (P).

Lieux publics : Bas-reliefs à l'aéroport international Kotoka, Accra, et au musée Kwame N'Krumah, Accra ; mosaïque de 6 x 16 m à l'Assemblée métropolitaine d'Accra ; 1997, en collaboration avec Richard Di Rosa*, une oeuvre monumentale de 7 m de haut, face au théâtre national d'Accra, hissant sur un tripode les feuilles de métal aux couleurs mêlées de la France et du Ghana.