Fiche de présentation

imprimer la fiche

OHANIAN, Melik

né en 1969 à Lyon, Rhône, France ; 2003, villa Médicis, Rome ; vit à Paris.

Type(s) : Artiste

Technique(s) : Photographe

Présentation : Vidéaste*, il illustre le temps qui passe en montrant une course à pied en boucle, et en diffusant dans des audiophones une musique qui est un partage du Temps.
Installationniste*, il crée une chambre cubique à cinq faces recouverte d'un papier peint photographique, squameux, cellulaire ou lunaire, d'un brun profond, Coming Soon, (2001), d'un autre, uni mais dégradé, Gradient, (2005). Dans l'esprit du premier, Selected Recording, (2000, VP), suite d'image d'objet abandonné dans le vide de l'espace marin ou autre. Il crée de mini-séparations entre lieux, Concrete Tears, (2005), quelques fils tombent du plafond, porteurs de 3451 larmes en béton. (3451 ou le nombre de kilomètres séparant Erevan de Paris). The Patrol, (2004), une voiture de police parfaitement identifiable sur fond de lumières clignotantes dans la nuit. Invisble Film, (2005), projection sans écran, en plein désert de Californie, là où fût tourné un film contre Nixon, Punishment Park, censuré en 1971, le paysage du film se confondant avec la réalité. Et aussi Days, I Seewhaat I Saw and what I will See, ((2011), tourné pendant onze jours dans un camp de travailleurs,en avançant, chaque jour ou chaque nuit les 100m. de rails pour travelling. Il applique des mots en néon au mur avec un double sens, à une lettre près, (R)EVOLUTION, ou (G)HOST, (2005). Des photographies d'intérieurs inanimés attirent l'attention sur un détail, un tableau en pied naïf ou un cendrier au centre d'une table ronde entourée de quatre fauteuils Selected Recordings, (2005, 20011). Un globe de cristal posé sur un miroir qui renvoie les chevrons alternés du plafond, Futuring, (2011). Il fait renaître ces femmes fantomatiques, en béton blanc, Girls of Chillwell, (2014)

Expositions : 1998, Jennifer Flay, Paris (G) ; 2001, Traversées, Ar, Paris (G) ; 2004, biennales de Sao Paulo et de Lyon ; 2006, 2015, Chantal Crousel, Paris, (P) ; 2014, Musée de Sète, (P).

R├ętrospective : 2006, institut d'art contemporain, Villeurbane.