Fiche de présentation

imprimer la fiche

RIBOUD, Marc

né le 24 juin 1923 à Lyon, Rhône, France ; 1937, commence photographier ; 1943-1944, participe à la Résistance dans le Vercors ; 1945-1948, études d'ingénieur à l'École centrale de Lyon ; 1948-1951, travaille en usine à Villeurbanne ; 1951, se consacre à la photographie et commence le tour du monde ; 1953-1979, rejoint Magnum*; 1956, épouse Barbara Chase* à Mexico ; vit à Paris.

Type(s) : Artiste

Technique(s) : Photographe

Présentation : Le Peintre de la Tour Eiffel, (1953) semble sorti tout droit d'un film de Charlot et lui vaut la notoriété. Initié par Henri Cartier-Bresson*, "tyran salutaire".
De 1955 à 1958, il parcourt l'Asie, Turquie, Inde, Népal, Japon Pakistan et Chine. Ses im ges ont géomètrisées par le sujet Istanbul, (1955), les voiles dans le port ou par les ombres, Chandighar, (1956). Ironiste, il prend en plein désert afghan un double panneau indicateur, voitures à gauche, chameaux à droite, (1955). Il est  à l'arrêt devant un éléphant ou un paon occupant la chaussée et dont im semble faire le portrait.
Photo-journaliste,il couvret la guerre du Vietnam comme l'indépendance de l'Algérie. Il reste le témoin hors normes de ce conflit car il n'en rapporte pas les horreurs mais la sérénité, comme cette femme opposant aux fusils une fleur, La Jeune fille à la fleur, (1967), torse contre baïonnettes lors d'une manifestation à Washington, contre la guerre du Vietnam. Il pratique tous les genres; à Fez, il est intimiste lors d'une circoncision, (1978), Humaniste, en Afrique noire, il prend les foules, les jeux d'enfants, le travail des ateliers de mécanique, (1960-1962); il est sarcastique avec Le Mafioso et la vieille dame, (1976) à Naples comme avec Istanbul, (1955), aux appareils ménagers cachant la tête de leur porteur;  il est esthétique avec Soir, une enseigne tout en courbe, trois fois plus grande que les passants; il est tendre dans Paris pour L'Homme qui marche, luttant dans une artère déserte.contre la neige qui tombe; il est géométriste pour Inde, (1985). Portraitiste, il obtient de tous ses sujets le sourire, Pierre Cardin et Jeanne Moreau, (1964), tête à tête entre Ho Chi Minh et Pham Van Dong, (1968), Henri Cartier-Bresson, Martine Frank et Mélanie, (1972), Marguerite Yourcenar à Tokyo, (1982), ou Soulages, (1994), il obtient aussi le rire, Chou En Lai, (1965), l'hilarité, Churchill, (1954). Photographe de la nature, il prend Angkor, sa jungle, ses rivières et ses temples, (1990). Canal, Pays-Bas, (1994), quatre rangs d'arbres dont un dû au reflet. Il enregistre le désordre des jardins, Chaumont, (2000),  Herbes folles de mon jardin, (2000), comme ces Herbes accouplées, (2006), s'enlaçant. En Chine, c'est le contre-jour des soldats sur une digue, Travaux de reconstruction, (1968), ou obtenant l'effet d'un lavis, Les Trois pics, Huang Shan, (1985), ou frisant la construction abstraite* monumentale, Bâche, Pékin, (2005). Il s'attarde sur la démesure futuriste de la Shanghaï contemporaine, (2002).  En 2008, il est à Union Square à New York pour la campagne d'Obama qu'il prend entouré de fans, en couleur, rarement employée, mais retenue pour Peuples et montagnes célestes, (2009), avec ses queues de tibétains, effrayé, étonné, perplexe,.

Expositions : 1963, The Art Institute, Chicago, (P) ; 1967, 1980, Delpire, Paris, (P ); 1978, 1992, Agathe Gaillard, Paris, (P) ; 2009, Musée de la vie Romantique, Paris,  et  Lipao-Huang, Paris, (P) ; 2011, 2013, Camera Obscura, Paris, (P).

R├ętrospective : 1997, Osaka; 2004, maison européenne de la Photographie, Paris.

Archives : Jusu'en 1979, chez Magnum.