Fiche de présentation

imprimer la fiche

CAVALLO BLASONS, Ricardo

né le 13 avril 1954 à Buenos-Aires, Argentine ; 1976, s'installe à Paris; Beaux-arts de Paris et modelage forcené d'après modèle, dans le noir et au Musée d'Histoire naturelle.

Type(s) : Artiste

Technique(s) : Peintre

Présentation : Sa caractéristique lui vient, pour bonne part de sa technique. Après avoir tracé sur papier le schéma de l'oeuvre pris sur le motif, il le met au carreau; et le découpe en carrés ou en autres géométries régulières de morceaux de bois  dont l'assemblage coïncidera avec le format de l'oeuvre. Puis il peint chacun des fragments de manière autonome sans se référer aux autres. De sorte que chacun d'eux est un morceau de peinture original. Au moment du rapprochement, de petits décalages de structures ou de teintes apparaissent qui donnent à l'ensemble un miroitement d'autant plus lumineux qu'il exclut le noir de sa palette. Et ce sont des jeux de soleil dans l'encombrement des plâtres de l'atelier, (1983), ou sur le zinc des toits parisiens, (1990),qui font papilloter le regard s'attardant sur autant de petits tableaux autonomes que compte l'ensemble de l'oeuvre. Lorsqu'il peint des figures, qui sont le plus souvent des nus, il pratique de même mais le résultat est (ensuite?) unifié et les raccords témoignent alors de la seule technique. Ses arbres de fin des années 1990, ont des reflets fauves* et ses carreaux présentant toujours des ruptures chromatiques, conservent une continuité graphique. Après les arbres, les falaises, les promontoires sauvages du Finistère, dont les rochers sont encore durcis par le trait marquant leurs anfractuosités, (2005), dans une palette végétale et minérale, relevée çà et là d'orange ou de violet. (2009). Une oeuvre peut compter jusqu'à 80 carrés. Ses gouaches au pinceau fluide, à la trace ligneuse, fuyant le noir, sont allégoriques ; le serpent y est récurrent, la vierge, l'homme à barbe ; il y a aussi, rarement des portraits de la même facture, comme celui probablement de Toussaint Louverture. Dans cette seconde technique, il est prolixe peignant 300 papiers en deux ans., (2004).
 

Expositions : 1984, Salon de Montrouge ; 1985, Karl Flinker, Paris, (P) ; 1985, Art forum, Bad Kissingen , (P); 1994, 2011, Pierre Brullé, Paris, (P).